Atelier d’Horlogerie

Les montres des grandes maisons d’horlogerie nécessitent un entretien et une attention toute particulière. À l’atelier David Fiszer nous leur apportons tout le soin nécessaire pour garantir leur performance. L’atelier d’Horlogerie vous propose ses services de changements de piles, révision et réparation pour toutes marques, incluant les plus prestigieuses comme Rolex, Audemars Piguet, Patek Philippe, Omega, Jaeger-Lecoultre…

Découvrez en boutique une sélection de maisons horlogères sélectionnées par David Fiszer pour leurs qualités et qui répondront aux attentes de toutes et tous.

1965, UN SAVOIR-FAIRE RECONNU, MADE IN FRANCE

En 1947, si Michel Herbelin a baptisé sa première montre « IMPEC », ce n’est pas par hasard. Il voulait clairement afficher son rêve et son ambition : créer des montres élégantes qui fonctionnent à la perfection, des montres « impeccables ». Il s’appuie sur des fournisseurs français et suisses, installés à proximité de Charquemont, pour offrir à ses clients des montres à la qualité irréprochable. 

En 1965, fort du succès remporté par ses collections, il décide de créer la marque éponyme.

IMPEC devient  Michel HERBELIN .

1844 – 1913 Emmanuel Lipmann

Emmanuel Isaac Lipmann est né à Neuf Brisach en 1844. Originaire d’une famille juive d’horlogers alsaciens, son père était vendeur de matériel d’horlogerie. Emmanuel fonde en 1867 un atelier d’horlogerie. Le comptoir évolue rapidement grâce à la force de travail du fondateur, à sa vision innovante de l’esthétique et à son caractère volontaire. En octobre 1868, il épouse Caroline Geismar. Ils auront 3 enfants: Ernest, le technicien, et Camille, qui prend la tête d’une nouvelle usine, participeront efficacement à l’expansion de l’entreprise familiale. Jenny quant à elle, moins impliquée, s’occupe pendant un moment de l’administration. Emmanuel Lipmann est décédé en 1913.

Concevoir pour durer

Trois mots simples qui décrivent nos produits, notre entreprise, notre culture et notre futur. En tant que principal fournisseur mondial de produits de navigation, nous nous investissons dans la conception de produits de qualité pour les secteurs de l’automobile, l’aviation, la marine, les activités de plein air et du sport qui constituent une part essentielle de la vie de nos clients.

Nous suivons un modèle d’activité de type « intégration verticale » : tous nos processus, tels que la conception, la fabrication, la commercialisation, le stockage, sont exclusivement réalisés au sein de l’entreprise. Ainsi, nous gardons le contrôle sur les délais, la qualité des produits et des services. Nos produits ne sont pas uniquement recherchés pour leur aspect séduisant, leur qualité supérieure et leur prix, mais également pour leurs fonctions innovantes qui améliorent la vie de nos clients.

Garmin travaille avec plus de 14 500 associés répartis dans 65 bureaux à travers le monde.

Filiale du géant Seiko, la marque japonaise Orient élabore ses propres mouvements mécaniques et les intègre à des bracelets montres vendus à petit prix. Cette recherche du bon équilibre entre précision du mouvement mécanique et tarif affiché est devenu l’une des marques de fabrique de cette maison nippone souvent mal identifiée en Europe. Bien qu’elle soit très discrète, la marque distribue en réalité ses montres mécaniques dans le monde entier. A ses modèles d’entrée de gamme, elle ajoute désormais des garde-temps plus sophistiqués dotés de mécanismes plus avancés, de designs élégants et de matériaux nobles avec ses marques Orient Star et Royal Orient.

Créée en 1951, Orient dispose donc aujourd’hui de gammes complètes, avec des montres accessibles à tous les budgets. Mr Montre vous propose de suivre l’actualité de la marque au travers de ses articles et tests.

Le temps n’a plus jamais vraiment été le même depuis l’arrivée d’Ice-Watch sur le marché horloger en 2007. Une montre dont le concept haut en couleurs axé sur la mode et l’accessibilité allait engendrer une marque internationale, intergénérationnelle et interculturelle ‘bien dans ses aiguilles’. Depuis, elle ne cesse de tictaquer, d’évoluer et d’inventer de nouvelles collections en toute transparence. Une valeur véhiculée par le nom qu’elle s’est choisi : ICE.

Son coup d’audace – transformer la montre en accessoire fashion et néanmoins chic – aurait pu fondre comme glace au soleil. Il est devenu, au contraire, l’un des succès les plus cool de la planète. Pour cela, la marque Ice-Watch a choisi de vivre chaque minute d’une mondialisation maîtrisée et d’aller chercher les compétences là où elles se trouvent. Question de bon tempo. Au service de sa création sans frontières, il y a le talent ‘designed in Belgium’ et le sérieux des services belges, la qualité des mouvements japonais (Miyota), l’expertise chinoise de la production et de l’assemblage, l’organisation hongkongaise pour la logistique et la distribution. On juge, dit-on, un arbre à ses racines : elles demeurent solidement plantées en Belgique grâce à la volonté du fondateur et CEO de la marque Ice-Watch, Jean-Pierre Lutgen. Marketing, communication, aspects juridiques et actions web se répartissent entre Bruxelles et Bastogne où l’ancrage local s’est encore renforcé en 2014 par la construction d’un centre de stockage européen de 6000 m2. De rouage en rouage, d’équipes soudées en partenaires dynamiques, de designers affûtés en distributeurs engagés, la marque Ice-Watch s’est donné les moyens d’accroître sans cesse sa présence à l’échelle internationale.

Depuis nos débuts dans nos ateliers en Alsace, nos designers et horlogers associent leur savoir-faire et leur passion pour créer des pièces uniques, assemblées à la main. Chaque jour, notre maître-horloger et son équipe assemblent minutieusement nos montres avec une précision et une technique, ancrées dans la tradition horlogère française. Chaque pièce est contrôlée avec la même rigeur depuis plus de 40 ans pour vous accompagner au quotidien, dans tous les moments de votre vie.

Notre mission depuis 1977, c’est d’être le complice de vos plus belles émotions. Nos collections Homme et Femme sont pensées pour vous suivre avec style dans tous les instants de votre vie et ajouter à votre poignet une touche d’élégance à la française.
Nos créateurs s’inspirent au quotidien des formes, des matières, des couleurs de demain et se réinventent à chaque sortie de collection. Du bracelet, au cadran, en passant par la boucle et le boîtier, chaque composant est minutieusement étudié pour se marier les uns aux autres, et ne faire plus qu’un : votre nouvelle montre.

L’histoire des montres Casio

Casio est l’une des plus grandes marques électroniques dans le monde. C’est en 1972 que Casio crée les premières montres électroniques. Les premières montres Casio révolutionnent le paysage de l’horlogerie : dans les années 1970, les montres Casio indiquent non seulement l’heure, les minutes et les secondes, mais aussi le nombre de jours du mois et si l’année en cours est une année bissextile. Le calendrier des montres Casio est entièrement automatique. Les montres Casio font alors leur chemin sur le marché japonais de l’horlogerie.

10 ans plus tard, en 1982, Casio lance les premières montres à affichage combiné analogique et numérique. Puis s’enchaînent les nombreuses innovations. En 1984, Casio lance la montre à fonction base de données pour mémoriser les notes prises à la main. Les montres Casio sont un vrai condensé de technologies. En 1984, Casio lance la montre extra plate qui mesure 3,9 mm d’épaisseur et qui pèse seulement 12g ! Il s’agit d’une montre extraordinaire, dont le boîtier et le bracelet sont fabriqués d’une seule pièce. Cette montre Casio s’est vendue à plus d’un million d’exemplaires dans le monde. En 1989, Casio lance la montre météo : la première montre qui capte la pression atmosphérique et la transforme en prévision météo. Suite à cette innovation, Casio applique le principe des montres à capteurs pour toutes sortes d’utilisations telles que les montres altimètres (montres Casio Pro Trek) ou profondimètre (montres Casio Sea Path Finder). En 1992 arrive la montre avec un tensiomètre intégrée, puis en 1993 la montre avec une boussole numérique.

De 1725 à 1989, Saint-Nicolas d’Aliermont fut incontournable.

Ce village de 7 000 habitants tente de faire surgir des limbes un passé horloger presque oublié.
La France, terres d’horlogerie ? Le pluriel peut surprendre. Pourtant, il n’y a pas que Paris, grande place du génie horloger français aux XVIIIe et XIXe siècles, ni la Franche-Comté, avec l’histoire que l’on connaît, des comtoises jusqu’à Lip, puis Pequignet, Dodane ou Lornet.

En effet, il y a aussi la Normandie. La Normandie, terroir horloger ? Ce serait une bien vaste affirmation. La réduire au seul Saint-Nicolas d’Aliermont serait plus juste. Ce village de 7 000 âmes aujourd’hui n’a pas pour seule particularité d’être l’un des plus longs villages-rues d’Europe, avec une unique artère droite de sept kilomètres. Ce fut aussi le théâtre d’une époque horlogère trop peu connue.